Un club pour tous

Le tennis de table est un sport accessible à tous. Particulièrement ludique, peu traumatisant pour le corps, sans contact et pratiqué à l’abri des intempéries, il développe la confiance en soi, la concentration, l’adresse, la vivacité et le physique, mais toujours à son rythme. À l’attention de tous ceux qui découvrent le club ou le tennis de table, nous avons modestement rédigé ce petit guide.
NB : pour les formalités et tarifs relatifs aux inscriptions, rendez vous ici.

L’ACB Tennis de table accueille tous types de joueurs, à partir de 4 ans, débutants ou confirmés. Plusieurs groupes d’entraînement sont constitués, selon le niveau et les attentes de chacun :

Baby Ping : Réservé aux jeunes de 4 à 6 ans, ce groupe d’entrainement propose des séances courtes, très ludique avec une découverte progressive de la balle, de la raquette et enfin de la table. On y développe l’adresse, la motricité, la coordination, la physique de la balle, les règles du jeu et on y assimile les notions de discipline liée à la pratique sportive et bien entendu, on y fait aussi le plus important : s’amuser !

Jeunes débutants : 2 groupes d’entraînement « jeunes débutants » sont réservés aux jeunes qui découvrent la pratique. Ils sont initiés à la découverte du jeu et à l’acquisition des techniques de base. Certains participent aux compétitions au cours de leur première année tandis que d’autres s’aguerrissent ou viennent tout simplement jouer pour le plaisir.

Jeunes compétiteurs : Ce groupe est réservé aux jeunes ayant acquis une base technique adéquate. Des jeunes du groupe débutants peuvent y être intégrés en cours d’année.

Adultes tous niveaux : Deux séances d’entraînement sont proposées aux adultes qui souhaitent découvrir, reprendre ou pratiquer le tennis de table de manière détendue et conviviale. Les exercices proposés y sont un peu moins physiques que pour le groupe « équipe » ; les niveaux plus variés ; les discussions (voire les apéritifs) d’après séances, un peu plus longues !

Adultes compétiteurs : Ce sont les entraînements des joueurs juniors, seniors et vétérans confirmés participant aux compétitions. Les trois premières équipes évoluent au niveau régional, certains joueurs sont ou ont été « numérotés » (parmi les 1 000 meilleurs joueurs français). Bref, ça joue !

Le club met à disposition  de ses adhérents plusieurs créneaux horaires (voir le planning) pendant lesquels chacun peut venir utiliser la salle pour jouer comme il le souhaite, sans entraînement.
Le club propose une séance spécifiques chaque semaine encadrée par un entraineur qualifié.
Le club propose chaque mois une séance spécifique (payable à la séance), avec un entraineur formé à cette activité, destinée à une pratique axée sur le ludique et le bien-être : passer un bon moment ensemble, entretien physique adapté à tous âges et à toutes conditions physiques, prévention des maladies cardiovasculaires ou neurodégénératives, maintien de la souplesse, autour d’une activité ludique et conviviale. S’amuser et maintenir sa condition physique sans objectif de performance. 
Des stages destinés aux joueurs de tous niveaux qui voudraient se perfectionner sont proposé pendant les périodes de vacances scolaires, à des prix très accessibles.
Le forfait spectateur-supporter est entièrement gratuit ! Le tennis de table, c’est spectaculaire et donc agréable à regarder. N’hésitez pas à venir voir (encourager ?) les compétiteurs le vendredi soir ou le weekend lorsque la lumière est allumée, ça vaut n’importe quel numéro de cirque ou film d’action ! L’agenda des compétitions est disponible sur la page dédiée.

 

Planning d’entraînement et d’accès à la salle

Le planning des entraînements et accès à la salle pour le loisir est consultable sur  cette page.
Notez que ce planning peut être sujet à changement pendant les périodes de vacances scolaires.

 

La compétition, comment ça marche ?

Si la pratique du tennis de table est à peu près connue de tous, il reste un point sur lequel les débutants, futurs joueurs, parents de futurs joueurs et autres néophytes en tous genres sont généralement perdus : les compétitions. Individuelles ou en équipes ; en championnat ou en tournoi ; les classements… L’équipe investigation de l’ACB tennis de table vous aide à comprendre.

Sur une saison, un joueur peut participer à un championnat individuel et/ou par équipe. Comme dans beaucoup d’autres sports, ces championnats sont organisés par divisions et par catégories d’âge. Les équipes sont composées de 4 joueurs, constituées par le club. Parce que le tennis de table est un sport individuel qui sait aussi cultiver l’esprit d’équipe.

Les jeunes : Le championnat départemental que dispute les équipes jeunes de l’ACB tennis de table est découpé en 7 tours pendants lesquels plusieurs équipes s’affrontent le dimanche matin. À l’issue de chaque tour, l’équipe qui termine en première position monte en division supérieure tandis que celle qui finit dernière, descend. À la fin de l’année, l’équipe qui a obtenu les meilleurs résultats en 1re division sur les 7 journées, remporte le titre de champion.

Les moins jeunes : Les championnats de France et de Paris auxquels participent les équipes senior du club ont un fonctionnement plus traditionnel, si ce n’est que les saisons sont découpées en 2 moitiés, qu’on appelle les phases. Sur la durée de chaque phase, les équipes d’une même poule s’affrontent mutuellement en 7 journées, à domicile et à l’extérieur (le vendredi soir ou le samedi après-midi, selon les divisions). À la fin de chaque phase, lorsque toutes les équipes d’une même poule se sont rencontrées, l’équipe qui a obtenu la plus de points monte d’une division. Sur une saison, il y a donc deux chances de monter ou de descendre de division.

Aux « indivs », chacun joue pour son compte — ce qui n’empêche pas de représenter le club le plus brillamment possible. Certains joueurs du club jouent au niveau régional, les autres au niveau départemental. Le championnat est divisé en plusieurs tours pendant lesquels les joueurs d’une même division se retrouvent dans un même lieu, sous forme de tournoi (poules, huitièmes, quarts, demies-finales, finale avec matchs de classement pour les perdants). Les premiers de chaque tour montent d’une division, les derniers descendent.

Les tournois se déroulent sur une période donnée (généralement une journée ou un weekend) et sont indépendants des championnats. Certains sont ouverts à tous niveaux et toutes catégories tandis que d’autres requièrent un classement minimum. Dans ces critères, les inscriptions sont libres, parfois payantes (des primes de victoire peuvent être distribuées aux gagnants).

Comme tout cela n’est pas assez compliqué, s’ajoute aux compétitions un système de classement, comparable à celui du tennis. Tous les compétiteurs, que ce soit en équipe et/ou en individuel, reçoivent un classement.
Les débutants commencent à 500 pts. Quel que soit la division, l’âge ou le niveau d’un joueur, tous les matchs disputés en compétition influent sur son classement. Pour faire simple :
• si un joueur remporte une victoire sur un joueur mieux classé que lui, son classement augmente ;
• si un joueur perd contre un joueur moins bien classé que lui, son classement baisse ;
• plus la différence de classement est importante entre deux adversaires, plus le nombre de points gagnés ou perdus est conséquent.

Lorsqu’un joueur vous dit qu’il a joué un « 18 », cela signifie qu’il a joué un joueur ayant entre 1 800 et 1 899 points ; tandis qu’un « 15 » est un joueurs situé entre 1 500 et 1 599 points. Le classement permet aux joueurs d’évaluer l’évolution de leurs performances.

Enfin, les 1 000 joueurs français ayant obtenu le plus de points sont dits « numérotés ». Par exemple, on parle du numéro 300 français (à ne pas confondre avec le « 18 » et le « 15 » évoqué dans le paragraphe précédent — en général, le contexte du match en question aide à s’y retrouver).

 

10 choses méconnues sur le tennis de table

Vous découvrez le tennis de table ? Voici quelques trucs qui vous permettrons de tenir la conversation avec les vieux briscards lors de vos premiers entraînements.

Lorsque les pongistes marquent un point important, ils hurlent « tchoooo ! » (un mot qui doit à peu près signifier « allez ! » dans une langue chinoise). Au début, c’est un peu troublant et l’on se dit que le premier joueur qu’on entend crier a un problème mais rassurez-vous, on s’y fait vite.
Une fois mordu, vous oublierez vite les raquettes toutes faites proposées en boutiques généralistes. Le pongiste, le vrai, est un fan de matériel : les revêtements de chaque face de raquette sont choisis, découpés et collés par ses soins sur un bois qui correspond au jeu du joueur. Les types de revêtements et de bois utilisés ont une influence considérable sur le jeu, notamment en termes de vitesse, de contrôle et d’effet.
Les nouveaux pratiquants sont souvent surpris par l’intensité physique du tennis de table, lorsqu’il est pratiqué sérieusement. Jambes toujours fléchies, coups rapides (la vitesse de la balle fluctue entre 100 et 170 km/h, qu’il faut être capable de reprendre à 3 mètre de distance. On s’en rend bien compte lorsque la balle vous frappe un doigt !), déplacements continus, utilisation coordonnée de tout le corps, concentration maximale à chaque instant, être capable de se calmer entre les points et de réfléchir en permanence à la tactique de l’échange… Cela dit, il est tout à fait possible d’adapter son jeu à ses capacités physiques et à sa morphologie et c’est justement ce qui fait tout l’intérêt du tennis de table : nul besoin de mesurer 2m, de courir le 100m en 11 secondes et d’avoir une endurance de marathonien pour avoir des résultats : il suffit d’apprendre et de pratiquer.
Eh oui, lui aussi ! À la fin du 19e siècle. Il a ensuite été diffusé dans le nord Est de l’Europe avant d’atteindre le Japon et la Chine chez qui il est désormais le sport national, avec 10 millions de licenciés.
Pour résumer, le tennis de table est un sport tandis que le ping-pong est un jeu de plein air. Même différence qu’entre pratiquer le football et jouer au ballon. Bon, ça c’est la définition « officielle » mais dans l’esprit, les joueurs (ceux du club en tout cas) savent aussi très bien jouer au ping-pong !
C’est généralement la première différence entre le joueur de camping et le joueur de club. Les revêtements spécifiques, alliés à un minimum de technique, permettent rapidement au pongiste de placer des effets à n’importe quel moment du jeu, qu’il faut apprendre à lire et à contrer. Un service coupé latéral effectué sur un joueur débutant lui fera envoyer la balle directement hors de la table avant même le moindre échange. De même, certains revêtements à picots ou « anti-top » annulent les effets de l’adversaire ou les inversent ! Cela effraie le novice mais rassurez-vous, on apprend rapidement.
Ceci afin que l’adversaire puisse différencier les types de revêtements de chaque face lors d’un match. Communément, la face rouge sert au coup droit et la noire aux revers… mais rien empêche un joueur de tourner sa raquette pendant un échange ou au moment de servir. Avoir l’œil et être capable de savoir où rebondira la balle de l’adversaire à l’instant ou elle part de sa raquette.
L’idée reçue est que le joueur costaud frappe toutes les balles le plus fort possible pour gagner. C’est faux. Certains jouent défensivement, tout en effets ; d’autres préfèrent laisser les frappeurs s’épuiser et jouent « en bloc ». On croise aussi des joueurs au style « vieux maîtres » qui n’ont plus forcément les jambes de leur 20 ans mais qui compensent par la tactique et le jeu d’effets.
Pour se faire une idée, il est intéressant d’observer les meilleurs joueurs mondiaux. Ils ont parfois des jeux très différents les uns des autres des coups spéciaux (voir vidéos du paragraphe suivant). L’objectif étant justement de dérouter l’adversaire avec un style qu’il n’a pas l’habitude de jouer.

 

Quelques vidéos

N’hésitez pas à consulter nos galeries d’images, dans lesquelles sont archivées de nombreuses photos et vidéos des joueurs du club en action ; ainsi que la page Ressources qui contient (entre autres) une belle collection de vidéos éducatives trouvées sur l’internet.

 

Joo Se Hyuk, défenseur qui coupe toutes ses balles (et assomme son adversaire quand il en a l’occasion) contre Timo Boll :

“That is Table Tennis”, une compilation de quelques beaux points (vous en trouverez facilement des centaines d’autres sur le net) :

Allez, encore une autre :

Un exemple de service gênant :